A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Escapade à Genève

Depuis que nous habitons en Bourgogne, nous avons découvert une toute nouvelle proximité avec la Suisse et nous avons donc plus souvent l’occasion de nous rendre à Genève. Au fur et à mesure de nos visites, nous découvrons une ville à dimension humaine qui recèle de beaucoup de charme.
Si l’on s’arrête au premier contact, Genève peut – au mieux – laisser indifférent le visiteur: une ville chère au luxe ostentatoire, des banques d’affaires aux façades austères et de grands boulevards ouverts à tous les vents. De par les grandes instances internationales qu’elle accueille, elle a inconsciemment imité cette froideur administrative.
Mais on aura beau (mé)dire, une ville posée au bord d’un lac, au pied des Alpes part dans la vie avec de plus sérieux atouts que n’importe quelle autre métropole. Après certes, il faut savoir faire fructifier…

Une ville cosmopolite

Genève, c’est avant tout son jet d’eau, symbole phallique s’il en est mais squatteur attitré des cartes postales, et aussi le siège de l’ONU et de ses organismes spécialisés (OIT, HCR, OMS¹ etc…). Ce qui confère à la ville une ambiance de mégapole cosmopolite des plus revigorantes quand on vit dans une petite ville française de province. Le mélange de touristes et des diplomates venant du monde entier emplit l’air de tonalités et de sonorités chères à nos oreilles et à nos papilles aussi.

Les Bains des Pâquis

Et puis parfois, dans le brouhaha de la ville, on découvre des coins hors du temps, qui donne envie de s’assoir, de regarder indéfiniment le paisible lac Léman et d’accorder en cadence nos respirations au ressac. Un tel lieu mériterait un article à lui tout seul tellement on tombe facilement sous le charme. Les Bains des Pâquis est un lieu non identifié, une espèce d’anomalie urbaine aux marges de la ville posée sur le lac. On y accède par une étroite passerelle après avoir passé un portillon hors d’âge. On s’y baigne, on y mange à un prix populaire, on y danse, on y bronze. Bref, on y vit et on y sent le coeur palpitant de la ville ! Au large, le jet d’eau affiche sa forme et les mouettes, des bateaux-bus, sillonnent le lac avec la régularité d’un métronome.

Les petits riens

La découverte d’une nouvelle ville est beaucoup faite de petits riens, ces petits moments non-répertoriés dans les guides de voyage mais qui font le sel de tout voyage. Et dans la langueur du dimanche, le pouls de la ville bat au ralenti. Mais au marché de Plainpalais, rien n’y parait car les marchands et les chalands s’affairent. Les étals s’étirent tout au long de la place et font place aux food trucks qui proposent une mosaïque de saveurs. Les papilles en ébullition, le voyage continue quelques rues plus loin.

Même écrasé par la canicule de ce dimanche après midi, les enfants s’en donnent à coeur joie dans la piscine de Carouge tandis que les parents cherchent désespérément de l’ombre. Enfin, pour être exact, la fontaine des tours de Carouge, une espèce de forêt de champignons de béton géants à côté d’une barre d’immeuble a été transformée en piscine  à l’initiative de la municipalité. Innocence de l’enfance,  moiteur de canicule.

Pour découvrir d’autres petits riens et nous les faire découvrir, trouvez vos billets d’avion au meilleur prix pour Genève en utilisant un comparateur de vols comme Easyvols. Easyvols compare et met en concurrence toutes les compagnies aérienne afin d’aider les internautes à trouver le meilleur tarif.


Mais à coups sûrs, dans notre cas, Genève ne nous a pas livré tous ses secrets et nous y retournerons avec plaisir pour tenter de les découvrir pour les partager avec vous.


¹: OIT → Organisation Internationale du Travail
HCR → Haut Commissariat aux Réfugiés
OMS → Organisation Mondiale de la Santé

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.