A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

La Thaïlande, une destination à faire en deux roues !

Sur le trajet qui nous conduisait un weed-end à Cacao pour le désormais traditionnel marché – soupe hmong du dimanche, nous avons croisé un groupe de motards. La route de Cacao est particulièrement adaptée à une balade en moto : étroite, elle serpente au milieu d’une forêt dense où les bruits des sous-bois sont omniprésents. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre le chant du papayo. Dans notre voiture, nous nous sentions plus en sécurité pour affronter les nids de poule du parcours, mais il nous manquait quelque chose par rapport à la moto…

pause_jus_de_canne_thailande

pause jus de canne sur la route

Nous est alors revenu en mémoire la liberté que nous avions ressentie lorsque nous avions loué quelques jours de ci de là des scooters en Thaïlande, pendant notre tour du monde. Dévaler les pentes des montagnes de karst, longer les rizières et observer la douce ondulation des plants de riz sous les caresses du vent, s’enfoncer dans les forêts de bambous, admirer la majesté des temples bouddhistes se dévoiler au fur et à mesure à nous. Bref, la beauté des paysages nous atteint de plein fouet, bien plus que derrière les vitres, même ouvertes, d’une voiture.

riziere_thailande

Champs de rizière

L’avantage d’expérimenter un voyage en deux roues dans un pays où il est le moyen de locomotion majoritairement utilisé, c’est réunir toutes les conditions pour qu’il se passe au mieux. Même dans les endroits isolés, on va trouver de l’essence – souvent vendue en bouteille plastique au bord des chemins. Les routes seront rarement embouteillées. Et il sera plus aisé de faire des rencontres avec les locaux.

A la vitesse grand V ou celle d’un escargot, il est possible d’adapter son allure selon ses envies sans créer de bouchons inopinés sur la route. Il est aussi incroyable la facilité avec laquelle on peut se faufiler partout avec un engin à deux roues… sauf à rencontrer des barrages de police qui nous avaient interdits l’entrée des camps de réfugiés karen à l’extrémité ouest de la Thaïlande à la frontière avec la Birmanie

route_thailande

la circulation sur les routes rurales de Thaïlande

Autre bémol… en saison des pluies, il faut attendre à se faire tremper… Selon la taille de la bécane, il faut parfois s’arrêter et attendre que les plus grosses bourrasques de vent passent. Il n’est jamais plaisant non plus de se faire franchement arroser par les gros 4X4 que nous avions pris soin de doubler quelques instants auparavant…

Même si nous l’avons frôlé du bout des doigts, le voyage à moto nous semble une expérience riche de sens à renouveler en d’autres occasions, autres lieux, autres temps… qui sait un jour peut-être ! Si vous êtes intéressés par cette aventure en deux roues à l’étranger, il ne faut pas oublier un passeport valide !

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge