A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Les bals parés-masqués : une spécificité du carnaval de Guyane

Le touloulou est LA spécificité du carnaval de Guyane

Pour nous qui n’avons pas encore osé le franchir le cap, les bals parés-masqués du carnaval de Guyane constituent autant un mystère qu’un objet de curiosité. Ils font toute la célébrité du carnaval de Guyane, bien plus que ses cortèges de rue. En effet, le personnage de « touloulou » est LA marque de fabrique du carnaval de Guyane. Tant et si bien que les pouvoirs publics ont décidé de monter un dossier de candidature pour qu’il soit inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco (réponse en 2018).

Le « touloulou » désigne une personne masquée. L’origine de ce mot proviendrait de l’expression « tour le loup », qui désigne le « loup » – petit masque de velours ou de satin noir – des femmes déguisées qui font le tour de la piste de danse afin de choisir leur cavalier. Le « touloulou » est, en général, une femme et son costume rappelle l’habit des bourgeoises des XVIIIème et XIXème.

Pour préserver son anonymat, le « touloulou » est prêt à de nombreux sacrifices, comme celui d’être habillé de la tête aux pieds, ce qui peut vite se transformer en supplice dans le climat chaud et humide de la Guyane. Ainsi, le « touloulou » porte un jupon, des bas, une cagoule, un masque et des longs gants. Pour ne pas être reconnu, le « touloulou » use de bien d’autres artifices : comme celui de transformer sa voix ou de se rendre muet, de mettre des lentilles teintées ou encore de louer une voiture pour se rendre au dancing. Ainsi paré, le « touloulou » est assuré de profiter d’une nuit décomplexée et endiablée dans les dancings du carnaval, baptisés « universités » pour l’occasion.

carnaval_guyane_touloulous

Le costume du touloulou: un supplice en climat tropical!

Le plaisir de danser est l’essence du bal paré-masqué

Le vêtement ne fait pas tout, pour coller au personnage de « touloulou », il faut aussi avoir son caractère : taquin, moqueur, séduisant et surtout, savoir danser.

Car, le plaisir de danser demeure au centre du bal paré-masqué. C’est pourquoi, se rendre au bal du samedi soir demande un minimum de préparation : il est indispensable de connaître un tant soit peu les danses du carnaval, à savoir, la mazurka, la biguine et le pikédjouk. Evidemment, il faut aussi apprécier de danser « coller-serrer » avec un cavalier. Le « café de la gare », un bar dans le centre de Cayenne, propose des cours de danse tous les jeudis soirs, pendant la période du carnaval. C’est une opportunité unique pour les « non-initiés » de pouvoir gagner sa place dans les bals du samedi soir.

On ne devient pas « touloulou » du jour au lendemain. En effet, pour tenir le coup et pouvoir danser toute la nuit dans une salle fermée et surchauffée, habillée de la tête aux pieds, il faut avoir une certaine condition physique. Après la découverte du premier carnaval, nous avons enfin compris pourquoi les Guyanais étaient aussi sportifs !

soleillevant_cheznana_carnavalguyane

Entrée du dancing « chez Nana »

Il est nécessaire de connaître les codes avant de se lancer dans l’aventure « touloulou »

Avant de se lancer dans l’aventure « touloulou », il faut aussi en connaître le rituel : ce sont les « touloulou » qui invitent les hommes à danser, qui ne peuvent refuser. Ces derniers attendent passivement adossé au mur du « dancing » qu’un touloulou daigne poser ses yeux sur lui. Dans une société encore assez machiste, j’aime beaucoup ce renversement de l’ordre social, si typique du carnaval: pour une fois, ce sont les femmes qui tiennent la barre et décident du « la ». Le touloulou est véritablement le maître du jeu carnavalesque et c’est ce personnage qui drape tant de mystère et d’aura les bals du samedi soir.

Cette expérience de liberté associée à ce jeu de séduction et de libertinage donne sincèrement envie. Pendant un court instant, que l’on sait éphémère, il est possible de se laisser aller dans une réalité parallèle. Il me semble que c’est parce que tout le monde se connaît en Guyane que le soin dans le déguisement est si important ou bien que le renversement des codes sociaux est si tentant. Dans une mégalopole anonyme, il est plus facile de s’extraire de son quotidien à visage découvert sans en subir de conséquences fâcheuses pour sa réputation.

Dans les années 90, le pendant masculin du Touloulou est arrivé sur la place du carnaval, il s’agit du Tololo. Comme il ne fait pas partie de la tradition, les soirées Tololo ne se passent pas dans les dancings les plus connus du carnaval, à savoir «Polina» à Matoury et « Soleil Levant (Chez Nana) » à Cayenne.

toulouloudoree_carnavalguyane

Arrivée des touloulou au dancing

Où il faut un « vidé » pour que la fête s’arrête

Le bal paré-masqué se termine en général aux premières lueurs du jour. Les carnavaliers sont entraînés à l’extérieur de la salle grâce à un « Vidé ». Il s’agit d’un camion sur lequel est installé un orchestre ou une sono qui joue les rythmes du carnaval. Il se déplace lentement afin d’être suivi par les danseurs. Ils parcourent les rues à la fois pour « vider les salles de bal » et pour déposer les carnavaliers chez eux. Ils sont régulièrement interdits à cause des débordements qu’ils engendrent.

Afin de démontrer que les bals paré-masqués ne sont pas des lieux de débauches, il existe les « 10 commandants du touloulou », bien connu parmi les habitués du carnaval :

  •        Pour éviter les mauvaises interprétations : marrainez le touloulou « crèche ».
  •        Que la danse et la musique restent le centre d’intérêt du bal masqué.
  •        Que le masque protège l’anonymat obligatoire du touloulou.
  •        Tu respecteras la liberté des autres pour être libre d’être toi.
  •        La discrétion, la subtilité de tes gestes te rendront hommage.
  •        Le bal masqué ne doit pas devenir par ton attitude une maison close.
  •        Ne confondez point ces lieux mythiques avec boîtes de nuit ou chambres d’hôtels.
  •        Soyez charmeuses sans être sangsues, le touloulou passe partout, voit tout mais ne doit jamais s’accrocher.
  •        Faites-vous désirer et non détester.
  •        La sagesse nous permettra d’apprécier jusqu’à la fin des temps cette coutume

 

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.