A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Week-end à Paramaribo

Une ville qui mérite d’être mieux connue

Jamais nous n’aurions imaginé un jour nous rendre au Suriname, ce petit pays d’Amérique du Sud de 500 000 âmes. Jusqu’alors nous ne connaissions le nom de sa capitale, Paramaribo, uniquement grâce à nos lectures assidues des ouvrages de Gabriel Garcia Marquez, qui y font souvent référence.

Et pourtant, dès que nous avons foulé le territoire guyanais, nous n’avions qu’une hâte, visiter ce petit pays voisin, qui était alors devenu l’objet d’un véritable culte !

Et, il faut bien avouer que Paramaribo aura été à la hauteur de nos fantasmes. Après quelques mois de vie guyanaise et tout empêtré que nous étions dans notre nouvelle vie de parent, elle aura constitué un vrai bol d’air par rapport aux affres du quotidien.

statue_baba_mai_paramaribo_suriname

Statue Baba Mai, symbolisant les premiers immigrés indiens du Suriname

Pour les Guyanais, Paramaribo est avant tout le paradis de la consommation. La capitale fait le bonheur de ces dames qui tiennent leur réputation d’élégantes grâce aux nombreuses boutiques de prêt à porter qu’on trouve, soit dans le centre ville, soit dans d’immenses « mall » à la périphérie. Que les hommes se tranquillisent, ils seront également assurés de ne pas s’ennuyer grâce aux magasins spécialisés dans la chasse et la pêche où l’on trouve du matériel à meilleur prix qu’à Cayenne.

On nous avait décrit la Ville comme bruyante, surpeuplée, congestionnée… Pour un peu, nous croyions débarquer en Inde – le Suriname est composé d’une frange importante d’indiens, déportés du temps de la colonie pour travailler dans les plantations. Au final, la capitale, de seulement 250 000 habitants, se résume plus en une petite ville de province, que nous avons parcourue de long en large avec beaucoup de curiosité et d’entrain.

Le front de fleuve, un bon point de départ pour visiter la capitale

Pour nos deux séjours dans la capitale, nous avons choisi de nous loger dans un hôtel du « front de fleuve », le « waterkant ». Avec beaucoup d’étonnement, nous aurons découvert la proximité du palais présidentiel, ainsi que le quartier des ministères. Pour autant, notre hôtel était loin d’égaler le luxe du Georges V parisien !

palais_presidentiel_paramaribo_suriname

Palais présidentiel

Le Waterkant est d’ailleurs un très bon point de départ pour une visite du centre historique. Même s’il faut avouer que la chaleur tropicale empêche de longues heures de promenades, nous avons énormément apprécié l’architecture particulière des maisons coloniales surinamaises, la plupart très bien entretenues.

Pendant les heures les plus chaudes, c’est le moment de profiter des nombreuses piscines que propose l’offre hôtelière de la Ville. Et même si, par malheur, votre hôtel n’est pas équipé, comme le nôtre, vous pourrez bénéficier facilement des installations des autres par les accords qu’il aura su lier.

De notre hôtel, nous avons aussi eu le loisir de profiter des soirées animées des Surinamais, sans avoir à nous déplacer. En effet, à la tombée de la nuit, le waterkant devient un lieu de rassemblement où l’on sirote tranquillement de la « parbo bier » (la publicité pour cette bière est omniprésente dans la ville !) sous les airs de musique caribéenne. Par contre, nous serons restés fermés à l’animation des nombreux casinos de la Ville. En effet, sans que l’on ne comprenne pourquoi le Suriname est le Las Vegas du plateau des Guyanes… notre esprit tordu relie cela à sa réputation de « narco-pays ».

casino_paramaribo_suriname

Un des nombreux casino que compte Paramaribo

Nous détaillerons dans d’autres articles à venir ce qu’il y a à voir et à faire dans cette très sympathique capitale du Suriname.

5 Discussions on
“Week-end à Paramaribo”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge