A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Chaleur tropicale et autres petits désagréments…

Nous avions déjà écrit un billet sur la chaleur tropicale pendant notre tour du monde lorsque nous étions en Asie du Sud-Est. Celui-ci est d’une nature un peu différente…

Le « métro » a une réputation de « sent mauvais »

On ne le dira jamais assez, en Guyane, il fait chaud ! Le taux d’humidité est tel que la sensation d’étouffement est quasi-constante, peu importe la saison. Pour les « métro » que nous sommes, le climat équatorial demande un temps d’adaptation conséquent.  Aussi, la complainte du chaud est aussi prégnante dans les conversations que celle du froid en France !

Alors que le guyanais ne transpire pas, le métropolitain a acquis une sympathique réputation de « sent mauvais »… Et c’est vrai, qu’il n’y a point besoin de faire beaucoup d’effort pour nous mettre à suer abondamment… attendre 5 minutes en pleine cagne devant un étal du marché central, faire le ménage, courir après son bambin, s’installer dans la voiture à presque n’importe quelle heure du jour, etc.

guyanaise

La guyanaise ne craint pas la chaleur

Le guyanais, quant à lui, est capable de marcher dehors pendant les heures les plus chaudes et sans chapeau, faire du vélo au milieu des bouchons des migrations pendulaires, attendre le bus pendant de longues minutes dehors sans être abrité (il y a très peu d’arrêts de bus pour limiter le squattage des bandes) et tout ça sans que la moindre gouttelette d’eau ne vienne perturber son visage…

L’autre renommée des « métro » est le manque d’élégance de ses dames…

La chaleur n’empêche pas le raffinement vestimentaire

Il est vrai que la mode du slim est assez déroutante chez les belles cayennaises, alors qu’avec cette chaleur, il est très difficile de supporter un tissu si près du corps. D’ailleurs, on repère le métro qui habite depuis longtemps en Guyane parce qu’il arrive à porter un jean !

La vogue est surtout au court, voir au très très court, et même si l’on n’est pas une adepte de ce déballage de chair, il faut avouer qu’on ne peut qu’envier ces femmes décomplexées qui, après tout, ne font que s’adapter à leur environnement climatique !

Rien ne nous étonne plus que les talons aiguilles que ces charmantes guyanaises s’évertuent à porter, avec beaucoup de classe, au milieu des trottoirs défoncés par la pluie de Cayenne. Après tout, elles risquent de se casser une jambe tous les mètres, juste pour cultiver leur image de femmes raffinées !

touloulou

Les touloulous sont les stars des défilés carnavalesques!

Et enfin, que dire de ces défilés carnavalesques du mois de février, où les « touloulou » arborent fièrement leurs costumes ! L’objectif principal étant de cacher le moindre centimètre de peau pour préserver leur anonymat, ces dames portent de longs gants, des jupons et des cagoules, dont on n’ose imaginer les conséquences sur la température du corps… Certes, les processions se déroulent en fin de journée, mais cette tradition costumière du carnaval force quand même l’admiration.

La saison des pluies apporte un petit peu de répit à la chaleur tropicale, mais certainement pas à la moiteur ambiante !

2 Discussions sur
“Chaleur tropicale et autres petits désagréments…”

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge