A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Un diamant dans son écrin

fort diamant

L’entrée du fort Diamant

Nous avons profité de la période estivale pour visiter des monuments qui sont habituellement fermés au public mais pour la saison touristique ils sont ouverts ponctuellement. C’est le cas du Fort Diamant sur la route des plages à Rémire-Montjoly, à l’embouchure du fleuve Mahury.
Bien sûr si vous n’êtes que deux inscrits à la visite, peut-être que le gardien aura plus de difficultés à se réveiller le samedi matin et ne prendra pas la peine de se déplacer. Dans ce cas là, il faudra faire appel au carnet d’adresse de l’équipe télé qui s’est joint à vous. Quelques coups de fil bien placés, et nous voyons arriver une demi-heure plus tard, penauds le guide et le gardien. Mais tout le monde n’a pas cette chance, sachez qu’au pire il y a un sentier de randonnée partant d’à côté, une plage en contre-bas ou encore un super restaurant à deux pas.

cameraman

On ne sort plus sans notre équipe de reporteurs !

carte du fleuve mahury

La position stratégique du fort diamant: à l’embouchure du Mahury

C’est une structure militaire comme on les aime puisqu’elle n’a jamais réellement servi. Construite de 1840 à 1849, elle représente avant tout l’instabilité dans laquelle était plongée la Guyane jusqu’à cette date et l’affirmation par la métropole de la prise de pleine possession du territoire. Depuis le début de la colonisation de la Guyane, le territoire a été la proie des luttes d’influence des puissances coloniales dans la région et comme beaucoup de territoire de la zone, elle a maintes fois changé de puissance tutélaire. Il faut y voir une nouvelle preuve de la difficulté récurrente de peupler ce territoire, ce qui est sans doute l’une des caractéristiques spécifiques de la Guyane. Ne pas pouvoir maintenir une garnison importante ouvre la porte à tous les envahisseurs. La première installation française en 1604 est détruite quelques années plus tard par les Portugais. La création de Cayenne, en 1643, ne résistera pas aux autochtones, les indiens Kali’na. Les Hollandais en voisin et les Français s’échangent les politesses et le territoire passe de mains en mains. En 1667, les Anglais, ces perfides passant par là, rasent la ville. Purement et simplement.

fleuve mahury

La vue depuis le fort

Louis XIV que la situation énerve au plus haut point envoie l’amiral d’Estrée pour mettre au clair cette chienlit. Le 21 décembre 1676, au terme d’un combat héroïque qui lui vaudra d’avoir dorénavant une rue à son nom, l’amiral reprend Cayenne des mains des Hollandais une bonne fois pour toute. A partir de là, la colonie vivra une période de développement et même de richesse. Les Guerres Napoléoniennes viendront à nouveau jeter le territoire dans l’instabilité. En 1809, en représailles de l’invasion du Portugal, des troupes luso-brésiliennes envahissent la Guyane. Elles y resteront jusqu’à 1817.

fort diamant vu du ciel

Le fort diamant vu du ciel

C’est donc dans ce contexte où la confiance entre voisins n’était pas au mieux que le fort est construit. 9 ans pour construire un fortin, n’est-ce pas un peu trop me direz-vous ? Certes mais à priori le mal endémique, le retard à la livraison dans le domaine du bâtiment, qui frappe la Guyane contemporaine sévissait déjà à l’époque. Des problèmes d’approvisionnement en bitume de Dax seraient à l’origine de ce retard. Sa position stratégique à l’embouchure du fleuve Mahury devait prévenir toute invasion depuis le fleuve. Le fort est construit d’après un plan en trois parties dont la forme générale vue du ciel évoque un diamant : une avancée en V pointant vers le Mont Mahury, une casemate contenant 9 cellules et une batterie en demi-lune dirigée vers le fleuve. 70 hommes pouvaient séjourner dans le fort malheureusement, il aurait été difficile pour eux de tenir le siège : le puits d’eau potable se trouvant à l’extérieur de la construction. Il sera utilisé par l’infanterie coloniale jusqu’en 1949 puis petit à petit sera oublié de tout le monde. A partir de 1980, le fort est classé au monument historique et réhabilité. Aujourd’hui, le fort a semble-t-il trouvé sa vocation, il sert de temps en temps pour accueillir des manifestations artistiques : théâtre, danse, expo photos.

Bonus vidéo:

2 Discussions on
“Un diamant dans son écrin”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge