A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

La Jungle à la ville

Libellule

Libellule

Comme on le disait dans le premier article qu’on a écrit sur la Guyane, une des premières réactions des gens quand on leur parle de la Guyane, est l’image de l’enfer vert : une jungle luxuriante et impitoyable dans laquelle sont tapies dans l’obscurité des milliers de paires d’yeux prédatrices tapies, à l’affut de votre moindre erreur pour vous dévorer/piquer/mordre/etc… D’ailleurs l ‘origine de cette mauvaise réputation daterait de 1764 et de l’expédition de Kourou. Dans l’optique de peupler ce vaste territoire et d’affirmer la position de la France dans cette partie du monde, le Duc de Choiseul choisit de faire venir plus de 10 000 Européens. Près de la moitié périt soit à cause de la traversée, soit à cause de l’hostilité du territoire sur lequel ils débarquèrent. Les quelques uns qui survécurent trouvèrent refuge sur les îles du Diable et qui pour le coup furent renommer les îles du Salut. Mais malgré les services rendus à la patrie, ces îles accueillirent par la suite le fameux bagne de Guyane. Mais c’est une autre histoire qui vous sera contée un autre jour.

Une belle fleur

Une belle fleur

Bien sûr la réalité est tout autre aujourd’hui, certes on sort très rapidement de la ville pour se retrouver en forêt mais ce n’est pas pour autant qu’on doit nourrir un boa dans le jardin. Cependant et même si aujourd’hui la pression immobilière induite par toutes les lois de défiscalisation dans les DOM accentue son emprise sur la vie sauvage, il reste encore quelques coins où rencontrer la jungle à proximité. La bio-diversité guyanaise n’a rien à envier à des destinations plus prestigieuses et une promenade dans la jungle tient tout à fait la comparaison avec un safari en Afrique. On exagère certes un peu mais c’est quand même l’Amazonie en France ! 200 espèces de mammifères recensées et quelques stars : jaguar, dauphin, lamantin, paresseux, singes, fourmiliers, tapir, tatous etc etc…

Un singe Saimiri - Chemin du Rorota

Un singe Saimiri – Chemin du Rorota

A la recherche des mygales et des boas qu’on nous avait donc promis, nous arpentons donc les sentiers autour de Cayenne. D’ailleurs, à ce propos, la Guyane n’a connu qu’une dizaine de cas d’envenimations mortelles durant les trente dernières années, sans aucune mesure avec les chiffres de la métropole. Lors de notre première sortie sur le sentier de Montabo, l’ambiance étouffante du sous-bois nous avait surpris et c’est à coup de grosses gouttes de sueur que nous en étions venus à bout. Depuis chaque week-end, nous arpentons les sentiers de randonnées autour de Cayenne. Et sans trop nous éloigner, nous parvenons tout de même à voir quelques singes (tamarins, saimiri), des oiseaux et des insectes tandis que sur les plages, nous sommes en plein période de ponte des tortues luths. Même si nous n’en avons pas encore vu, nous avons pu assister à une émergence : quand les œufs éclosent et que les bébés tortues vont se mettre à la mer. Un moment magique de communion avec la nature. En faisant preuve de patience aussi, on peut espérer apercevoir des lamantins ou des dauphins proches de la plage.

Au vu de la richesse rencontrée ces premiers jours, nous n’osons imaginer ce que nous réserve la suite de notre séjour en Guyane et il ne faut pas confondre richesse et diversité avec hostilité.

dauphin-guyane

Il faut parfois faire preuve d’imagination: des dauphins !

Emergence de tortues luths

Emergence de tortues luths

16 Discussions on
“La Jungle à la ville”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge