L’argent en voyage

Offrande de billets de banque - Thailande

Un arbre à billets – Offrande – Thailande

Au tout début de notre voyage, nous vous avions expliqué notre choix de souscrire à l’option Jazz International de la Société Générale dans cet article. Pour mémoire, Jazz International était un service initialement réservé aux expatriés. Pour un surcoût supplémentaire de quelques euros par mois, il permettait de retirer de l’argent dans n’importe quel distributeur du monde sans commission de la part de la banque. Mais depuis que nous sommes partis l’offre à évoluer. Elle est maintenant officiellement ouverte aux globe-trotteurs et aux personnes qui achètent sur des sites de e-commerce à l’étranger. Déclinée en 3 options qui dépendent du nombre de retrait et de paiement effectués à l’étranger, le niveau le plus avantageux pour un tour du monde est numéro 2 (9Eur/mois) pour un nombre de retrait et de paiement illimités.

Gold or not ?

Une fois débarrassé de ces satanés frais de commission, nous avons pu nous pencher sur la question du type de carte à embarquer avec nous. Grâce à des offres promotionnelles, nous avons pu partir avec une Visa Premier au tarif d’un Visa normale. Nous sommes donc partis avec 3 cartes : celle du compte-joint (Visa Premier avec option Jazz International) et chacun la notre lié à notre compte personnel. A vrai dire, le niveau Premier nous a été totalement inutile puisque nous n’avons jamais atteint le plafond de retrait ou de paiement. Au pire, un petit mail à notre conseillère pour élever notre plafond de retrait de manière temporaire eut été suffisant. Au final, ce qui nous semble important plus que le nombre de cartes est le réseau auquel elles appartiennent : Visa, Mastercard, Amex etc etc… Pour une raison ou une autre, un certain type de carte peut être bloqué dans un pays et pas l’autre. Dans notre cas, cela s’est passé au Pérou où Visa avait décidé de bloquer notre carte pour empêcher toute fraude. Le temps d’élucider le mystère, nous nous sommes servis de la Mastercard. C’est pour ce genre de situation qu’il est intéressant d’avoir une Visa et une Mastercard car au final nous nous sommes servis à 99 % du temps de la Visa Premier.

Le Taux de Change

Capture d'écran - Convertisseur de devise (Mac)

Capture d’écran – Convertisseur de devise (Mac)

Quand on voyage quotidiennement pendant plusieurs mois, il y a une notion que l’on maitrise parfaitement : le taux de change ! Si au début, on s’embrouille le cerveau avec des formules alambiquées pour convertir en euro, à la longue, on développe un certain mécanisme intellectuel qui permet de trouver rapidement des moyens mnémotechniques pour arriver rapidement au résultat. Il arrive même parfois un stade où on ne prend même plus la peine de convertir en euro puisque l’on sait qu’un repas vaut tant de Roupies Népalaises et que payer plus est une arnaque et payer moins une bonne affaire.

Malgré tout pour nous aider quotidiennement, il existe des convertisseurs de devise que ce soit sous la forme de petit logiciel à installer sur le bureau de l’ordinateur et qui se met à jour dès que l’ordinateur est connecté à Internet ou des sites internet comme Travelex Belgique qui propose de faire la conversion en ligne. Pratique, ils permettent de garder en tête le taux de change même si durant votre séjour dans le pays, il y a peu de chance de connaître de grandes variations du cours de la monnaie locale.

Et le liquide ?

N’ayant pas à minimiser les retraits puisque nous n’avions pas de commissions, nous ne nous sommes jamais promenés avec trop de liquide. Aujourd’hui, il y a presque toujours au moins un distributeur qui accepte les cartes étrangères dans toutes les villes. Par ailleurs, nous avions avec nous quelques dollars et euros avec nous. Les dollars nous ont uniquement servi pour acheter des visas tandis que les euros nous ont servi pour payer quelques achats sur le cargo. La carte de crédit a été notre seul moyen de paiement, nous n’avions pas non plus de travelers cheque.

Verified by Visa

De plus en plus de sites internet de e-commerce utilisent les sécurités anti-fraudes mises en place par Visa et Mastercard, à savoir Verified by Visa et SecureCode pour Mastercard. Ces dispositifs nécessite d’avoir un téléphone portable avec soi. Dans le cas de Verified by Visa, au moment de valider le paiement, la banque appelle le numéro que vous avez enregistré et vous délivre un code. Ce code est à entrer pour valider le paiement, sans celui-ci le paiement est annulé. Plutôt contraignant quand on est à l’étranger ! Cependant, il est à noter qu’ils appellent quand même les numéros de téléphone étrangers. Nous avons dû à plusieurs reprises acheter des cartes Sim locales, enregistrer notre numéro de téléphone local au près de la SoGé via Skype pour pouvoir recevoir ce fameux code et finaliser notre achat (principalement pour acheter des billets d’avion durant le voyage). Un processus fastidieux pour une démarche qui au mieux nous aura servi une fois par pays.

Un dernier mot par rapport à la sécurité. Nous gardions dans notre carnet et de manière virtuelle un fichier avec les numéros de téléphone en cas d’opposition, les numéros de carte et de compte au cas où… En conclusion, durant le tour du monde, nous n’avons pas eu de gros problèmes concernant l’argent et c’est tant mieux. Il faut dire qu’avoir un conseiller réactif et présent peut aussi être un sacré avantage.

Pour continuer la lecture: