Le dhal bat

Le plat qui constitue la base de l’alimentation népalaise: du riz et une soupe de lentilles
0 Shares
0
0
0
dhalbat-deluxe
Dhal Bat, version de luxe

Institution dans le pays, élément essentiel de l’alimentation népalaise, le dhal bat (en népali: dhal=lentille et bat=riz) comblera vos “petites” faims. Car il faut bien les nourrir tous ces porteurs de charges extraordinaires, ces petites bonnes femmes charriant sur leur dos des fagots de bois beaucoup plus gros qu’elle et ces gamins qui parcourent des kilomètres pour rejoindre leur école.

Le dhal bat se compose donc d’une soupe de lentilles, d’une bonne plâtrée de riz, d’un curry de légumes pour les végétariens ou de poulet, mouton pour les carnivores, d’un légume et d’une sauce piquante ou de pickles (achard). Le curry est à base de pommes de terre et de légumes de saison (choux, petits pois en ce moment) tandis que le légume est plus un légume vert (épinards, blettes) cuit à la vapeur. Cependant, pour le peuple, le dhal bat est uniquement composé de riz et de soupe.

dhalbat-yaourt
Avec le yaourt

D’ailleurs, on reconnait la générosité ou la richesse du propriétaire à la quantité de lentilles dans la soupe. Pour les versions de luxe, on peut y adjoindre du yaourt (curd), du papad (pain à la farine de lentille)  et de la salade (carotte, radis, tomate et concombre). En ce qui concerne le yaourt, soit on le garde pour la fin comme dessert, soit on s’en sert pour apaiser le côté piquant du plat.  Tous les ingrédients se mélangent dans le riz, se malaxent même avec les doigts car le dhal bat se mange avec les doigts..  .

Et en plus pour se faire apprécier de tous, il est permis de se resservir au restaurant ! D’ailleurs, il arrive souvent qu’on soit un peu déçu en voyant arriver le plateau, les portions sont petites. Mais le serveur guette et dès qu’un plat sera terminé, débarquera avec le supplément. Au bout de la deuxième tournée de riz, soupe et curry, n’importe quel bon appétit sera rassasié. Cependant le prix du dhal bat n’est pas une garantie de quantité: il semblerait d’ailleurs que la tendance veuille que plus il est cher, moins il y en aura dans l’assiette.

dhalbat-newari
La version newari

Le dhal bat possède plusieurs variantes. Il y a d’abord la version newari (ethnie principale de la vallée de Kathmandou) avec du riz écrasé (cru!) et du boeuf préparé d’une certaine manière. Les pèlerins de l’époque ne pouvaient pas manger de la nourriture préparé par n’importe quelle caste. Alors plutôt que de prendre le risque de consommer des aliments préparer par une basse caste, ils préféraient emporter avec eux ce riz écrasé qui ne demande aucune cuisson et qui avec un peu d’eau vous comble l’estomac. L’autre cousin germain est la version indienne qui s’appelle thali et où le riz est remplacé par les chapatis qui servent à saucer.

En tout cas, après la petite sieste qui s’impose, vous êtes parés pour une bonne rando !

0 Shares
5 comments
  1. Belle chronique culinaire qui n’est pas sans rappeler les notres (en occident)en clair le rapport entre la qualité et le prix du repas reste aussi une énigme partout dans le monde.Rajouter à celà des conditions extra-culinaires (religions) et on doit s’en remettre au hasard qui reserve parfois de bonnes surprises.le pain à la farine de lentilles à l’air assez tentant.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like