A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Rencontre à la croisée des chemins: Baba le serviteur

Lever de soleil sur Hanumangarh Junction
Lever de soleil sur Hanumangarh Junction

Il est des choses qui nous sont difficilement compréhensibles de par notre bagage culturel différent comme, en Inde, le système des castes. On comprend grosso modo que la population est divisée en 4 castes et que celles-ci sont sous-divisées en un nombre incalculable de catégorie.. Véritable inventaire du genre humain. Au bas de l’échelle, il y a les domestiques. Nous avons fait la connaissance de Baba lors de notre expérience de wwoofing dans le nord du Rajasthan. Comment décrire cet énigmatique personnage qui ne parle pas anglais et dont au final nous savons peu de choses?

Avec sa tête de bon génie sorti tout droit de sa lampe, il attire de suite la sympathie et la confiance. Le turban blanc posé en permanence sur la tête, les yeux ronds comme des billes, un sourire affable et une démarche clopinante, c’est le visage de la générosité incarnée.Il nous a servi de chaperon pendant la durée du séjour dans cette ferme. Ayant abandonné le son de la voix, il tentait de nous expliquer les choses en hindi dans un murmure, un véritable souffle. Chaque “conversation” se terminait dans un sourire qui gagnait en largeur en fonction de notre degré de compréhension.

Premier levé dans la maisonnée, dernier couché, il dort dehors sous le auvent de l’entrée sur un lit fait de bandes de tissus tressés, enroulé dans une grosse couette. La maison des maitres est cependant assez vaste pour avoir des chambres mais à priori aucune n’est prévue pour les domestiques, ce qui nous semble d’autant plus aberrant que les nuits d’hiver au Rajasthan sont assez fraiches. Il passe ses journées à la ferme et sans comprendre ses paroles, nous voyons cependant qu’il bénéficie d’un statut différent. Le statut de ses maitres  rejaillit-il sans doute sur sa personne. En soirée, il s’occupe du service à table ainsi que de la vaisselle. Et autant dire qu’il a la main lourde sur les portions et il faut se resservir au minimum trois fois avant que le timide “Bas!” (Assez! en hindi) que vous essayez de prononcer soit entendu. Quel impair avons-nous du faire le premier soir lorsqu’en dressant la table, nous lui avions mis un couvert et ensuite demander ingénument “Baba ne mange pas avec nous?”. D’ailleurs, Baba n’est pas son vrai nom mais juste un diminutif amical.

Finalement, nous nous aventurerons à poser des questions à son sujet aux patrons. Privés d’information, nous nous étions écrit notre propre roman: veuf ou sans famille, mis au rebut de la société à cause de son handicap, et travaillant pour la famille depuis des décennies. Ce n’est donc pas sans étonnement que nous apprenons qu’il a une femme et des enfants (mais quand diable les voit-il?), qu’il vient du Bihar, un état de l’autre côté de l’Inde et qu’il a d’abord été engagé comme gardien du chantier de la maison et qu’une fois terminée, on a décidé de le garder comme homme à tout faire.

Voila, le peu de choses que nous connaissons de Baba le serviteur, celui qui a été pour nous comme un ange-gardien pendant notre séjour à Hanumangarh Junction. Ce n’est pas grand chose mais quelque chose nous dit que la rencontre avec Baba restera longtemps en nous.

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge