A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Rencontre à la croisée des chemins: une bangkokaise, en retraite spirituelle

IMG_4997-LD

Un des nombreux édifices des temples bouddhistes

“Comment avez-vous atterri à Thong Pha Pum?”.

C’est avec cette phrase d’entame que nous avons fait la connaissance d’une jeune bangkokaise de 30 ans, victime des inondations de la capitale et venue se réfugier dans un temple du coin. Thong Pha Pum n’est peut-être pas un spot touristique pour les étrangers, mais c’est une ville agréable sur la route de Sangkhlaburi. Dans cette partie du royaume (extrême ouest), c’est toujours un grand plaisir pour nous que de croiser des bangkokais en fuite, car ils sont nos précieux alliés pour nous faire comprendre des habitants du coin, qui parlent peu anglais.

IMG_5032-LD

Bure de bonze qui sèche

“La méditation, c’est trop facile”

Nous n’avions présentement pas besoin de ses compétences linguistiques, mais elle a tenu à nous prendre par la main pour nous faire visiter son univers du moment: un temple bouddhiste. Elle aura profité des inondations pour faire une retraite spirituelle dans un temple entouré de montagnes de karst et recouvertes de forets tropicales. Un décor propice pour la méditation! “La méditation, c’est trop facile” nous explique-t-elle d’ailleurs. C’est qu’elle la pratique depuis l’âge de 6 ans… Du coup “arrêter de penser” est pour elle un jeu d’enfant. Et elle peut méditer “comme ça” par exemple en nous parlant ou en travaillant. Passionnée de bouddhisme, elle nous aura divulgué quelques clés pour accéder à une vie sans souffrance, le nirvana:

IMG_4655-LD

Bouddha allongé

Savoir que l’on peut mourir

Respecter les 5 interdits de Bouddha:

Ne pas boire d’alcool,

Ne pas tuer,

Ne pas mentir

Ne pas voler

Ne pas avoir de relations sexuelles en dehors des liens sacrés du mariage

Croire en Bouddha, avoir confiance en ses enseignements

Ne pas se croire ni supérieur ni inférieur aux autres hommes ou espèces peuplant la planète

Ne pas être obsédé par la méditation

IMG_6786-LD

Momie de bonze

La mort, c’est la fin des souffrances

Il parait que si un bouddhiste accède à ces qualités, il meurt instantanément. Et le cycle infernal des renaissances est interrompu. La mort ne fait pas peur à notre bangkokaise (nous n’avons pas retenu son prénom) car elle signifie la fin de ses souffrances. Même si elle gagne bien sa vie, elle est professeure d’anglais, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à souffrir par la colère, la tristesse ou tout autre émotion qui l’éloigne du chemin de la Vérité. Elle s’intéresse également à la religion pour trouver un sens à la vie. “Alors ça ne serait que ça : se lever, manger, travailler, manger à nouveau et dormir?” nous interpelle-t-elle.

Les moines sont plus chanceux, ils ne meurent pas instantanément, mais restent bien en chair car ils ont un rôle éducatif. Ils doivent transmettre inlassablement les enseignements de Bouddha. Mais s’ils atteignent le plus haut niveau de méditation, à leur mort, leur corps ne se décomposera pas et ils échapperont à la crémation. Leur corps, momifié naturellement, sera exposé aux yeux de tous dans le temple où ils sont morts et fera l’objet d’une grande dévotion de la part de tout le monde.

IMG_4702-LD

Une autre momie!

Pendant sa retraite spirituelle, cette jeune bangkokaise vivra au rythme du temple

Réveil à 4h du matin pour des prières collectives puis entretien du temple, à l’aide de ces fameux balais à manche de bambous et au poil rêche. Notre hôtel étant situé en face du temple, avec juste la rivière kwai entre nous, il m’est arrivé un matin, d’être réveillé par ces chants plus que matinaux et j’essayai de l’imaginer au milieu de ses compères masculins.

Comme à chacune de nos rencontres avec les thaïlandais, les adieux ne s’expriment pas et chacun repart dans une direction opposée comme si l’instant d’échange n’avait jamais existé…

Quant à nous, nous avons résisté aux charmes qu’inspire le bouddhisme à tous nos contemporains.

Notre esprit doit être trop imprégné des théories des Lumières et je dois avouer que ce n’est vraiment qu’en Thaïlande que la maxime de Marx “la religion est l’opium du peuple” a pris tout son sens. Du point de vue de la lutte des classes, le bouddhisme justifie parfaitement les inégalités sociales. Et ce, bien plus que le catholicisme depuis que la plupart des monarchies européennes ont été abolies ou que le principe de laïcité s’est imposé dans les affaires publiques.

IMG_7180-LD

Bonze en pleine méditation

Le Karma et le cycle des renaissances nous sont apparus comme du pain bénit pour les riches et les élites qui souhaitent conserver leur rang. Le Karma est la somme des actions accomplies par un homme durant sa vie présente mais également les précédentes. Il conditionne le positionnement social d’un individu dans le présent. Si quelqu’un est pauvre, c’est qu’il a du réaliser des mauvaises actions dans sa vie précédente. A l’inverse, le riche aura eu un comportement exemplaire. Rien à voir avec la reproduction sociale donc, chère à Bourdieu. Pour remédier à son triste sort, rien ne sert de défier l’autorité ou fomenter une révolution, cela n’améliorera pas son Karma et réduira les chances d’avoir une vie meilleure lors d’une prochaine naissance.

Evidemment, le bouddhisme ne se réduit pas qu’à ça, et notre interprétation est faussée par notre perception européenne des choses, mais il n’empêche…

6 Discussions on
“Rencontre à la croisée des chemins: une bangkokaise, en retraite spirituelle”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge