A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

La « Alexis Sanchez »-mania

alexissanchez-ld

Double page sur la nouvelle voiture de Alexis Sanchez

Outre les grèves et les manifestations diverses et variées, un autre sujet d’actualité a su s’initier au journal de 20h chilien et dans quasiment toute la presse papier. Il s’agit d’Alexis Sanchez  ! Ce nom qui doit être inconnu de la plupart de nos lecteurs, il y a quelques mois, était perdu dans l’anonymat du championnat italien de football. Il profite aujourd’hui d’une exposition médiatique internationale grâce à son transfert estival au FC Barcelone.

Au Chili, la “Alexis Sanchez”-mania a commencé pour nous lors de la Copa America. Les médias s’excitaient sur le montant du transfert, et chaque jour, voyait celui-ci orné de quelques zéro supplémenaires. Entre les rumeurs de la signature imminente du contrat, les démentis de la part de chaque acteur, les démentis de démentis de la source bien informée, l’escalade du scoop donnait aux supporters chiliens un véritable feuilleton de l’été. Jusque là, rien de bien anormal, les médias ont l’habitude de broder sur les rumeurs de transfert lors de la trève  estivale , quand les principaux championnats sont en vacances afin de remplir et de faire vendre en faisant espérer à tout un chacun que le joueur de ses rêves va forcément signer dans le club de son coeur.

Finalement le transfert a bien eu lieu peu de temps après que le Chili se soit fait piteusement éliminer par le Vénézuela. La boite de Pandore s’est alors ouverte, déversant son lot de malheur sur le monde. Enfin, relativisons tout de même, rien de bien grave. Un peu à la manière des “Martine” de notre enfance, nous avons eu droit à “Alexis Sanchez prends l’avion pour aller signer son contrat”, puis “Alexis Sanchez est bien arrivé à Barcelone”, ou “Alexis Sanchez sort de l’aéroport” et “Alexis Sanchez est au stade”. La série complète ! A chaque jour, un nouvel épisode, nous rassurant sur la bonne adaptation du petit au climat espagnol et/ou aux tapas. L’hystérie collective a atteint son paroxysme lors de sa première entrée en jeu en match officiel lors de la supercoupe d’Espagne contre le Real de Madrid et que dire lorsqu’il a marqué son premier but sous ses nouvelles couleurs? Les quelques compliments lâchés par son entraineur en fin de match ont fait chavirer de bonheur tout un peuple. Comme quoi, c’est quand même plus sympa que de parler des problèmes sociaux du Chili. Les images en boucle faisaient la une des journaux télévisés, un peu comme si Claire Chazal commentait le premier but de Zidane lors de son arrivée au Real de Madrid, qui alors était le transfert le plus onéreux de l”histoire du football. Les commentateurs invités sur le  plateau s’en donnèrent à coeur joie dans le plus pur style sudaméricain , à savoir: hurler Goallllll et le nom du buteur le plus longtemps possible en retenant sa respiration. Tout ça pour un malheureux but alors que, rappelons-le, le pays connaissait son plus grand mouvement social depuis la fin de la dictature.

L’engouement suscité par ce joueur est donc tout bonnement incroyable et révèle sans doute un complexe footballistique  d’infériorité des chiliens au niveau du sous-continent. Le Brésil a eu Pelé et toute une cohorte de joueurs de légende, l’Argentine a eu Maradonna et maintenant a Messi. Les Chiliens ne tiennent-ils pas enfin le joueur qui les fera entrer dans l’histoire du football mondial? Alexis Sanchez est ainsi le premier chilien à jouer au FC Barcelone, actuellement le meilleur club du monde. La psyché nationale se projette sur ce joueur  et les attentes placées en lui sont énormes. La presse locale explique l’engouement par l’histoire du bonhomme, digne d’un conte de fée et qui émeut dans toutes les chaumières. Car le néo multi-millionnaire a grandi dans une ville minière sordide du nord du Chili (Tocopilla), sympathiquement surnommé la ville de l’enfer avec ses 15% de chômeurs et déclarée  zone insalubre à cause des rejets de deux centrales thermo-électriques. Issu d’une famille mono-parentale, il lavait les voitures devant le cimetière municipal avant de rejoindre les terrains de foot. Il a eu la chance de tomber sur deux samaritains qui l’ont encadré dans les équipes de jeune jusqu’à ce qu’il signe son premier contrat pro.

A l’heure où l’on écrit cette article, Alexis Sanchez s’est blessé lors du deuxième match de la saison du Barça et sera absent des terrains jusqu’à début novembre. On imagine qu’un deuil national a du être déclaré au Chili mais que quotidiennement, les Chiliens sont tenus informés de l’évolution de la blessure, d’autant plus que la contestation sociale n’est pas terminée.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge