A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Cameron Highlands: un havre de pluie

IMG_1420-LD
La pluie arrive!

Cameron Highlands se situe en plein cœur de forets tropicales, de collines de plantations de thé et de fermes agricoles

Shuk et Eton, nos hôtes malaisiens de Kuala Lumpur, étaient plutôt dubitatifs sur notre prochaine destination, “Cameron Highlands” : “là-bas ça ressemble beaucoup à l’Europe, il y a des collines et des fraises… ça ne vaut pas le coup d’y aller”.

Nous avons découvert que Cameron Highlands est en fait une étape touristique au milieu de forets tropicales, de collines de plantations de thé et de fermes agricoles, rien à voir avec l’Europe!

Nous avons d’abord été attiré par ses températures fraiches (entre 15 et 20 degrés). Nous avions déjà besoin de respirer après 10 jours de climat chaud et humide de l’Asie du Sud-Est. Et puis, on en avait marre de faire la tournée des centres commerciaux pour profiter d’un peu d’air frais. Enfin, il fallait nous éloigner des grands centres urbains, à la circulation infernale à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Le plan du village où nous avions prévu de dormir n’indiquait qu’une rue principale: c’était tout à fait le havre de paix qu’il nous fallait!

IMG_1531 fusion de photos-LD
Plantations de thé

L’air frais en sortant du bus nous a ravi, alors que nous avions encore les T-Shirts trempés de notre transpiration du matin. A la gare de bus, nous avons suivi un rabatteur qui nous a conduit dans un hôtel charmant de type colonial aux murs blancs et à la décoration intérieure “art déco”, le tout d’une propreté impeccable.

Tout semblait parfait!

C’était sans compter la pluie tropicale! D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les forets tropicales se traduisent “rainforests” en anglais…

Ce n’est pas pour rien que les forets tropicales se traduisent “rainforests” en anglais…

Déjà le jour de notre arrivée, il avait plu toute l’après-midi, nous pensions que c’était tout à fait exceptionnel sachant que jusqu’à présent, que ce soit à Singapour ou à Kuala Lumpur, les pluies tropicales ne se déchainaient qu’une heure dans la journée.

Chemin de randonnée

Le lendemain, un grand ciel bleu nous rassurait et nous assurait une belle journée de randonnée dans les plantations de thé. Mais à 12h30, de gros nuages chargés de pluie se sont invités. Et il ne leur a pas fallu longtemps pour qu’ils déversent leur sceau d’eau sur nos têtes! Nous avons alors assisté, impuissants, au plus rapide changement de temps jamais encore vécu!

Le 3ème jour, rebelote, un ciel radieux nous mettait du baume au coeur et nous encourageait à randonner dans les nombreux sentiers qui sillonnent la foret tropicale du coin. L’ascension, l’humidité et la chaleur nous importait peu car nous savions notre récompense approcher: une vue panoramique sur les plantations de thé et les collines de forets tropicales. Malheureusement, le spectacle n’aura été que de courte durée, déjà la pluie s’annonçait, très ponctuelle. Il faut croire que la foret n’était pas si épaisse, car nous sommes arrivés trempés à l’hôtel. Mais nous avions enfin compris le fonctionnement du climat: une matinée ensoleillée et une après-midi pluvieuse.

Le 4ème jour, nous avons bien planifié notre coup, les sceaux d’eaux se sont déversés alors que nous dégustions du thé tranquillement à l’abri, dans un salon de thé surplombant des plantations.

IMG_1458-LD
La vue!

Le 5ème jour, un retard dans l’arrivée de la pluie nous a donné l’illusion d’une après-midi sèche. Alors que nous prolongions avec bonheur une randonnée dans la foret, la pluie a accompli sa besogne. Et nous sommes rentrés une nouvelle fois trempés jusqu’aux os, malgré les vêtements gore-tex et compagnie.

Enfin, le jour de notre départ, il pleuvait lorsque nous nous sommes réveillés à 6h00 du matin! Il était temps de partir!

6 Discussions sur
“Cameron Highlands: un havre de pluie”

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge