A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Rencontre à la croisée des chemins: René le naturiste

Matin brumeux d'hiver
Matin brumeux d’hiver

C’est par un matin brumeux d’hiver (et pas que dans nos têtes) que nous avons fait la connaissance de René autour d’un petit-déjeuner dans le container aménagé en cuisine du parc environnemental de Quirilluca. A 33 ans, il a la lourde responsabilité d’assumer la charge de garde-parc pour le compte de l’association Chinchimén.

Depuis un an, les installations d’accueil du public requiert la présence permanente d’un gardien. Non seulement pour prévenir le vol mais aussi pour “éduquer” les promeneurs à profiter de la dernière frange encore vierge du littoral chilien, au Nord de Valparaiso. Il leur répète inlassablement, avec la plus grande des patiences, de ne pas introduire de chiens, qui diffusent leurs microbes à la faune du coin, de repartir avec ses déchets, de ne pas se déplacer en véhicules motorisés dans le parc, etc.

La cabane de René
La cabane de René

Ses conditions de vie sont des plus spartiates: après avoir campé pendant 6 mois, il a enfin pu se constituer un chez soi dans une cabane faite de bois et d’adobe à partir de quelques bouts de mur d’une maison qui traînait par là. Il s’en sert uniquement de chambre, pour le reste (salle de bain et cuisine), il utilise les installations du parc. Sans électricité, ni eau chaude, il essaie tant bien que mal d’utiliser l’énergie solaire pour ne pas être coupé du monde (à seulement 4 km du centre-bourg de Puchuncavi) et se laver de temps en temps. Bien que pendant notre court séjour à ses côtés, le soleil n’a pas daigné montrer le bout de son nez..

Autour d’un café, lyophilisé, nous avons commencé à échanger les banalités et les questions d’usage. Et c’est au détour d’une conversation anodine que René nous confessa être l’instigateur de la première plage naturiste du Chili, ouverte au début des années 2000. Entre surprise et curiosité, il était difficile de garder son sérieux, dans un vieux réflexe puritain lorsqu’il s’agit de parler de nudité. Dans un pays où le catholicisme et la bonne morale tiennent une place importante, le combat n’était pas gagné d’avance. Profitant de scandales touchant la police et l’église, le débat a pu se déplacer sur la voie publique sans trop souffrir d’attaques virulentes. Toutefois, le point final de l’histoire a eu lieu lorsque le procès pour atteinte aux bonnes moeurs qui a été intenté à René s’est soldé par un non-lieu. Aujourd’hui, Playa Luna (la plage de la Lune), à deux pas de la plage de Quirilluca, est une plage naturiste reconnue et légale.

Plage de Quirilluca
Plage de Quirilluca

Pourquoi tant d’acharnement? Le Chili ne manque pas d’autres luttes où mobiliser les énergies, comme la redistribution des richesses ou la protection de l’environnement, entre autres. L’anecdote qui suit nous révèlera les desseins plus nobles de cette entreprise: en 2002, le célèbre photographe de nu collectif, Spencer Tunick, a souhaité organiser un portrait de chiliens nus sur une place publique de Santiago. L’évènement a eu un écho tellement retentissant au sein de la population que des milliers de personnes se sont rejointes au lieu du rendez-vous photographique. Malgré le froid et la neige (c’était l’hiver), elles ont tenu parole en se dénudant. Très vite, elles ont totalement oublié la motivation artistique du rassemblement, pour s’écrier dans la joie et la bonne humeur: “Nous sommes libres! Nous sommes enfin libres!”. Nous comprenons alors que le débat de fond n’est pas tant de bronzer nu (“parce que c’est un état naturel que d’être nu” nous explique René), mais l’exercice d’une liberté individuelle. Pour un peuple qui a vécu tant d’années sous la coupe d’une dictature militaire, l’interdiction d’une liberté individuelle, aussi incongrue qu’elle puisse paraitre, sans aucun fondement sociétal valable n’est tout simplement plus possible.

Mais ses questions de fond font déjà partie de la préhistoire du mouvement naturiste chilien. Il cherche maintenant à développer la pratique et se positionne comme un volet de l’offre touristique nationale. C’est dans cet objectif que René participe à toutes les rencontres internationales sur le naturisme, tout frais payé par le Ministère du tourisme qui semble y avoir trouvé un moyen de promotion des atouts touristiques du Chili. L’année prochaine, ce sera au Chili d’accueillir la rencontre latino-américaine du naturisme. C’est pourquoi René a accepté ce poste de garde-parc, pour pouvoir se rapprocher de Playa Luna. Heureusement pour nous, c’était l’hiver!

Pour en savoir plus:

Le site internet de Playa Luna: http://www.nudismo.cl/

Le site internet du photographe Spencer Tunick: http://www.spencertunick.com/

2 Discussions on
“Rencontre à la croisée des chemins: René le naturiste”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

CommentLuv badge