A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Les villages inaccessibles du Nord-Ouest Argentin

StaBarbara-LD

Santa Barbara : 6 heures de marche…

Le mystère des villages du Nord-Ouest Argentin

L’arlésienne de notre voyage en Argentine sera sans doute tous ces petits villages dont nous n’avons connu que le nom. Des noms qui n’ont rien d’exceptionnel en soi et qui n’éveillent rien de particulier chez le voyageur gavé d’Ushuaïa, Zanzibar ou encore Vladivostok. Non, juste des noms qui aiguisent la curiosité par leur  inaccessibilité. “Santa Barbara? Oooohhh, il faut bien 6h de marche pour y arriver…” Réponse qu’il faut bien sûr pondérer par la forme physique du locuteur (doubler le temps énoncé). “Et on peut y dormir? Ah non ! Il n’y  a rien pour accueillir les touristes!” ou alors “Oui, il y a un hébergement mais il faut envoyer un message là-haut pour savoir s’il y a quelqu’un.” Sachant qu’il n’y a pas de route, pas de téléphone: comment le message peut-il bien arriver à destination? Sans doute, un garçon vacher pourra y passer quand il ira chercher ses vaches dans les pâturages?

L’exemple le plus frappant pour nous de cet isolement est le cas de Los Toldos. Nous en avons eu connaissance puisque la marque Producto Yungas veut y développer le tourisme et l’artisanat. Ce village argentin n’est même pas accessible depuis l’Argentine  (ou alors en 3 jours de randonnée)! Pour s’y rendre,  il faut parcourir 100Km en Bolivie puis re-rentrer en Argentine pour les 20 derniers kilomètres.

Quelle peut bien être la vie de ces gens, habitants des villages reliés au monde extérieur seulement par des sentiers qui sont coupés lors de la saison des pluies? Cette réalité qu’on ne peut qu’effleurer du bout du doigt?

Les services publics de base sont à peine présents

Si l’électricité semble être présente partout sur le territoire argentin, que ce soit par l’intermédiaire de lignes régulières ou par l’installation de panneaux solaires (qui a du améliorer substantiellement lequotidien), il n’en reste pas moins que ces “gens-là” sont isolés. Ils vivent d’élevages (vaches, brebis) ou de cultures (maïs, patates) et ne représentent sans doute pas des investissements assez rentables pour que l’on construise une route, ne serait-ce que de terre pour arriver jusqu’à ces hameaux ou qu’une compagnie de téléphone installe une antenne. Pour les plus gros d’entre eux, il y a tout de même une école primaire. D’ailleurs, les instituteurs (un pour chaque matière) ne vivent pas au village mais font les aller-retours chaque semaine. On ne sait pas s’ils sont forcés ou s’ils reçoivent une forte indemnisation! Pour le collège et le lycée, il faudra aller au chef-lieu du canton. Dans le meilleur des cas, il y aura une auberge qui pourra héberger les élèves pendant la semaine. Quant à la faculté, cela se passe à la capitale provinciale. Et on comprend que ces hameaux n’ont que deux choix possibles:  soit disparaitre peut-être d’ici une ou deux générations du fait de l’exode rurale et la désertification des campagnes, soit s’enfoncer dans la reproduction du cycle de la misère. Et peut-être que certains se disent que d’ici là, ça ne vaut peut-être pas la peine de les désenclaver.

Mieux vaut ne pas être malade

Et la santé dans tout ça? C’est une palissade que de dire qu’il ne vaut mieux pas que ce soit une urgence ! Dans le cas de San Francisco dans les Yungas, qui possède pourtant une route,  l’ambulance du canton est stationnée à 2h de route  et l’hôpital se trouve lui aussi à 2h mais dans la direction opposée, soit un minimum de 4h avant d’être pris en charge (sans compter le temps nécessaire pour la prévenir  faute de téléphone ou de radio). Pour les petits pépins, un médecin et un dentiste  assure une tournée chaque trimestre. Cette situation amène à se poser des questions sur le rôle que le tourisme peut jouer dans le développement de ces villages quand on voit la différence de traitement qui existe entre deux villages, l’un touristique et l’autre pas.

La télé comme vecteur de désenclavement

Heureusement, la télé, elle, n’est pas tenue à l’écart de ces villages !  Il n’est pas rare de voir fleurir les antennes paraboliques sur les toits de tôle ou d’adobe, fenêtre sur le monde globalisé, projetant son flot continu d’images d’une réalité faussée. Ainsi, il est possible de regarder se trémousser les bimbos de jeux de télé-réalité, d’engloutir les publicités pour internet ou le dernier téléphone portable ou de suivre le feuilleton à la mode, alors qu’il est impossible de téléphoner ! On comprend dès lors l’importance que revêt la télévision, véritable lien avec le reste du pays et ses concitoyens.

Mais à contrario, la sensation de décalage et le sentiment d’isolement doivent encore être plus forts, entre ce que l’on voit dans le poste et  la réalité quotidienne, soulignant les manques et exacerbant les jalousies.

 

 

7 Discussions sur
“Les villages inaccessibles du Nord-Ouest Argentin”

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge