A la croisée des chemins

Le blog de notre tour du monde et de notre vie en Guyane

Le 7 places

le fameux 7 places

Pour faire suite à l’article sur les transports publics sénégalais et comme nous en avons beaucoup emprunté, nous souhaitions développer notre expérience du taxi-brousse au Sénégal, aussi dénommé le 7 places.

Avez-vous déjà compté toutes les bornes kilométriques sur 250Km? Non? Alors l’expérience du taxi 7 places est faite pour vous ! Par taxi 7 places, nous entendons une Peugeot 504 break dans laquelle une banquette dans le coffre a été ajoutée pour pouvoir accueillir au total 7 passagers. Selon wikipedia, la production de Peugeot 504 a été stoppée en 1996, ce qui fait que le spécimen le plus récent de cette espèce a au moins 15 ans; pour vous donner une idée…

De l’ambiance dans les gares routières

Déjà  l’ambiance à la gare Pompier de Dakar mérite d’être conté. Parmi les conseils recueillis avant le premier voyage, il y avait celui d’arriver tôt à la gare afin de ne pas attendre trop longtemps et d’éviter les embouteillages à la sortie de Dakar. Donc, à 6h du matin, le taxi qui vous y amène a à peine le temps de pénétrer dans la mer de  véhicules qui forme la gare Pompier – rien de plus qu’un immense parking – qu’une marée humaine vous assaille. Les uns vous proposent des alternatives plus économiques (mais attention le piège, c’est souvent plus long) tandis que d’autres vous guideront  – contre une petite pièce de 100FCFA (0,15Eur) – à la bonne voiture. Le premier écueil  – trouver la voiture qui vous amènera à bon port – est ainsi facilité par ces guides spontanés. Normalement, des panneaux indiquent la destination mais à 7h, le soleil n’est pas encore levé et il ne faut pas compter sur l’éclairage public.

Le taxi-brousse, c’est la lutte… des places!

Ensuite, vient le temps de la négociation, non pas sur le prix, qui est fixe, mais sur le choix du véhicule et surtout, sur celui de la place. L’option de la voiture est une question de sécurité tandis que celle de place en est une de survie ! Car de la place dépend grandement la qualité du voyage. Généralement, le placement à l’intérieur se fait par ordre d’arrivée au véhicule. Le premier qui a acheté son billet peut ainsi choisir la meilleure place. La hiérarchie est simple: la place à côté du chauffeur est la meilleure (confort, air frais et place pour étendre les jambes). Viennent ensuite les sièges de la banquette du milieu, avec un petit bémol pour celle du milieu où il n’est pas pratique de positionner ses jambes et où il y a la barre du milieu de la banquette. Et enfin, le purgatoire, que dis-je l’enfer des voyageurs pour peu qu’ils soient un peu grand (plus d’1m60): la banquette du fond ! Obligé d’être courbé pendant tout le trajet, impossibilité totale de déplacer ses jambes ne serait-ce que d’un centimètre, et absence d’air frais ! Et quand il fait 40°C dehors, et que le parcours dure 5h, on a tôt fait de compter les bornes kilométriques !

Le supplice de la piste en latérite

Donc, une fois la place choisie ou imposée car vous, avec votre naïveté des grands jours, avez de grandes chances de terminer au fond ! Il semblerait qu’il y ait une coutume sénégalaise, serait-ce la fameuse Teranga (hospitalité) sénégalaise, qui veuille que l’on place les étrangers sur banquette arrière? Le mystère reste entier. Quoiqu’il en soit, le taxi ne démarrera que lorsque les 7 places auront été attribuées. Rien ne vous empêche de refuser aimablement les places qu’on vous propose pour prendre le prochain taxi, où il y a de fortes chances pour que vous ayez de bonnes places. Entre-temps, vous aurez eu le loisir d’éconduire tous les enfants mendiants de la gare, et tous les vendeurs de fruits, eau, biscuits, montres, films, produits cosmétiques, de porte-feuilles, de scrabble et même de guirlandes de Noël que compte le parking.

Une autre des caractéristiques du 7 places est sa relative lenteur (entre 50 et 80km/h) et les 250Km entre Dakar et St Louis par une après-midi un peu plus chaude que les autres virent au supplice ! Ah non, le vrai cauchemar c’est quand, entre la 4ème et la 5ème heure de voyage, vous trouvez que les bornes kilométriques s’espacent de plus en plus, et que vous vous rendez compte que la route qui, jusque là était bonne se transforme en piste de latérite, tellement truffée de nids de poule que le chauffeur préfère rouler sur le bas-côté. Mais l’avantage , notamment par rapport au bus, est que le 7 places ne s’arrête pas à tous les villages. Car le bus, lui, met 8h pour parcourir ces fameux 250Km. Une autre temporalité !

6 Discussions sur
“Le 7 places”

Laisser un message

Votre courrier électronique ne sera pas publié

CommentLuv badge